Chantier participatif de plantation de haie – 11,12 et 13 février

La force du collectif : 1600 plants installés en 3 jours par 8 collectifs et associations.
Les 11, 12 et 13 février certains membres de LFéSA Transition ont participé au chantier participatif de plantation de haies organisé à Chaon par SOlogne MOUtonnes Services.
SOMOUS propose un troupeau de 50 moutons solognots pour des prestations d’écopâturage en zone rurale. Depuis peu, quelques agneaux sont également vendus en caissettes en vente directe.
En 2020, le troupeau grandissant et les prestations d’écopâturage étant irrégulières, il devenait urgent de trouver des prés. Le troupeau s’installe donc de temps à autre sur un terrain au Muid à Chaon (41), loué en bail agricole.
L’année dernière, il a été possible d’y faire pâturer les brebis futures mamans toute l’année. Les plus vieilles, les agnelles, les mâles castrés et quelques handicapées (nous ne « réformons » pas les animaux) sont allées « écopâturer » à Isdes et à Fay-aux-Loges.
Le Muid est un site parfait pour du pâturage extensif : des prés humides (parfois un peu trop), de vieilles haies avec des ronciers, des fructicées en sous-étage et de vieux chênes magnifiques.
Il y manque juste quelques arbres dans les plus grandes parcelles : pour de l’ombre car les solognotes ne supportent pas la chaleur, pour la protection du vent et de la pluie que les moutons détestent aussi. Et pourtant, c’est une race rustique !

Un premier essai en janvier 2021
L’année dernière un bout de haie de 150m a été planté en janvier.
Dès le mois de mai, les papillons longeaient la ligne de plants pour traverser le pré !

Plantations 2022
C’est un projet ambitieux en chantier participatif. Des professionnels prévoiraient 5 jours de travail à 2.
660 m de haies double rang, soit 1,2km de plants à raison d’un plant par mètre linéaire.
12 bosquets de 280m², comprenant 28 arbres répartis sur 4 lignes de 7 plants, à l’intérieur d’un exclos (les animaux sauvages ou domestiques restent dehors).

Le choix des espèces a été un vrai dilemne.
Le cahier des charges du financeur obligeait à utiliser une liste d’espèces locales.
Oui mais…
  • Plusieurs de ces espèces ne supportent pas le climat actuel et encore moins futur (chêne pédonculé, châtaignier, bouleau…)
  • Certaines espèces sont déjà bien implantées, s’installent et se développent au Muid sans l’aide de l’homme : aubépine, églantier, épine noire….
Il a été possible de ne choisir que 5% de plants au tempérament plus méridional : Micocoulier et Chêne vert par exemple.
Et bien… un petit budget est prévu pour remplacer tous les ans les plants morts par des espèces « du sud continental » : Noisetier de Byzance, Frêne à Fleurs, Frêne de Mandchourie, Cyste de Montpellier…
Qui a tort, qui a raison ? Un constat accorde tout le monde : la diversité renforce la résilience des écosystèmes.

Les espèces à planter dans les haies
et à planter dans les bosquets.

Protéger les jeunes plants
La densité de chevreuils ne permet plus nulle part en France de planter sans protéger les plants.
Au Muid, le but est tout de même de laisser le gibier circuler librement.
La haie sera temporairement protégée avec des filets électrifiés type « chèvre » (plus hauts que les filets moutons).
Les bosquets seront clos avec du grillage de 1m surélevé de 20cm pour permettre aux petits animaux de se mettre à l’abri.

Dès que les sols autoriseront un tracteur à entrer dans la parcelle, un lit de paille de céréales de 20cm d’épaisseur sera déposé autour des plants. Ce paillage limitera la pousse de l’herbe et l’évaporation de l’eau du sol.

Arrosage de secours
Les sécheresses de printemps sont les plus à craindre. En pleine période de première pousse, un manque d’eau provoque la mort du plant.
Un ou deux arrosages « de sauvetage » suffisent généralement pour éviter les mortalités massives.
La solution testée ici sera d’installer des drains qui serviront d’oyats. Le drain sera enterré au 3/4 et « bouché » au fond avec un mélange chaux/sable en cours de test. Une tuile de récupération viendra coiffer le haut afin d’éviter que de petits animaux ne tombent dedans.
Résultats à confirmer !

MERCI à…
Cette plantation a été lancée grâce au soutien financier du Conseil départemental du Loir-et-Cher.
Les plants ont été fournis par trois pépinières locales ou presque : BaucheryLemonnier et Bouchenoire.
Un grand merci à Jérôme Bolomier (entreprise JiBéo) pour l’aide au jalonnage, l’appui technique et le soutien moral.
Les piquets et le grillage viennent de chez Bossard à Lorris (45).
Les CAP 1ère année Paysage de la MFR de Gien sont venus travailler et apprendre pendant une journée.
Les 40 enfants de l’école élémentaire de Chaon viendront planter leur arbre un matin de la semaine de la rentrée scolaire.
A ce jour, 8 associations ou collectifs ont participé à la plantation soit plus de 70 personnes différentes.